Busca entre más de 100 millones de objetos vendidos en nuestra base de datos

[Opera omnia], summa vigilantia repurgatorum a mendis innumeris per Des. Erasmum.Bâle, Froben, 1528-1529.
Vendido

Sobre el objeto

Augustin, saint, [Opera omnia], summa vigilantia repurgatorum a mendis innumeris per Des. Erasmum.\nBâle, Froben, 1528-1529.\nédition princeps des oeuvres complètes. 10 volumes in-folio (360 x 248 mm). Très nombreuses annotations à l'encre rouge, en latin et en allemand. reliure de l'époque. Peau de truie estampée de multiples encadrements à motifs végétaux, dos à 5 nerfs orné de fers horizontaux à branchages, écoinçons et fermoirs de cuivre (en parfait état). Mouillure au vol. III affectant les 35 premières pages ; marginale au haut du vol. V affectant quelques lettres ; à l'extrême bord des derniers feuillets du vol. X.
FR
FR
FR

notes

Les Luthériens et saint Augustin : la "Doctrina nostra"

Saint Augustin fut la source patristique la plus fondamentale dans la construction de la nouvelle foi de Luther. Si Augustin fut l'un des premiers auteurs à être imprimés au XVe siècle, ses oeuvres ne furent compilées pour la première fois et de façon très incomplète, qu'en 1489-1495, par Amerbach, collection un peu plus complète dans sa réimpression en 1506. Lorsque Froben contacte Erasme vers 1519, c'est pour lui confier la tâche monumentale de collecter l'intégralité des oeuvres d'Augustin, travail dont Erasme dira qu'il lui fit perdre sa santé. Hormis pour le volume V (Cité de Dieu) annoté par Vivès, Erasme fut bien le premier véritable éditeur-compilateur du père spirituel de Luther, ce dernier son plus célèbre adversaire.

Entre 1532 et 1536, un théologien allemand de la plus grande érudition, de l'entourage proche de Luther et de l'université de Wittenberg, a soigneusement annoté les dix volumes d'un bel exemplaire relié de ces œuvres.

L'annotateur a porté sur chacune des quelque 8 000 pages ses notes d'une petite écriture régulière, plus gothique qu'humaniste, à l'encre rouge. Plus de 50 000 corrections soulignent l'érudition immense de cet annotateur, qui corrige fautes de forme et erreurs de fond, rectifie les sources, ou apporte des précisions historiques au texte.

Mais ce sont les 400 commentaires par Martin Luther, Philippe Melanchthon et Wenceslaus Linck, d'une longueur variant de 50 à 3 000 mots, qui font de cet exemplaire un monument de la réforme luthérienne plurielle et complexe dans ces années précédant la concorde atteinte dans les fameux articles de Wittenberg en 1536.  On  trouve aussi, consignés le long du texte de saint Augustin, tout au long des dix volumes, des citations des œuvres tout juste parues de Johann Brenz (qui seconda Melanchthon à la Diète d'Augsbourg), de Johann Bugenhagen (le premier docteur en théologie protestant, nommé par Luther), et même de l'œuvre phare si provocatrice du libre-penseur Sebastian Franck, les Chronica, Zeitbuch und Geschichtsbibel, ici consignées avant 1533, date à laquelle Franck sera dénoncé par Luther.

Tous fervents défenseurs d'une église réformée, membres du cercle intime gravitant autour de Luther dans l'université, l'église et le château de Wittenberg, Melanchthon, Linck, Spalatin, Bugenhagen, Brenz et Franck ont tous participé à l'élaboration de la pensée luthérienne, à la définition de la « doctrina nostra », par leur volonté commune d'établir une nouvelle église mais aussi par leurs luttes doctrinales, et leurs débats. Leurs pensées sont présentées côte à côte par l'annotateur, sans références ni sources, sans nulle inquiétude de savoir s'ils seraient identifiés ou non, car il sait qu'ils le seront. L'exemplaire apparait donc comme un outil de travail, à usage interne, peut-être le produit de débats dont la synthèse est ici soigneusement consignée.

Les textes marginaux et les annotations offrent plus qu'une critique théologique et textuelle des écrits de saint Augustin. Ils reflètent les « disputations » doctrinales passionnées et les conflits politico-religieux de l'époque, c'est-à-dire les guerres récurrentes entre Luther et Erasme, les révoltes des Anabaptistes, la controverse antinomiste, ainsi que la tentative de rapprochement entre Henri VIII et les Luthériens. Enfin, elles témoignent du besoin urgent éprouvé par les Réformés de cette époque de créer une église évangéliste unifiée afin de renforcer leur poids politique auprès des princes allemands.

Ce colossal travail d'annotation ne semble pas non plus étranger au projet éditorial évoqué par Luther et Melanchthon au début des années 1530 : faire paraitre une édition réformée des oeuvres de saint Augustin.

L'édition érasmienne des œuvres complètes de saint Augustin ayant eu une réelle influence sur Luther, cet exemplaire abondamment annoté nous renseigne sur l'histoire de la pensée du chef de la Réforme allemande et de son entourage envers la doctrine augustinienne. Ainsi, les longues notes manuscrites offrent de nouvelles perspectives pour la compréhension de l'évolution de la pensée doctrinale de Luther et sur la manière dont les Réformés de Wittenberg s'y joignirent.

Datation des annotations

Tout montre que le commentateur annota de manière systématique son exemplaire sur une durée de cinq années, de 1532 jusqu'en 1536. Les toute premières annotations du volume I sont une description de la révolte anabaptiste à Münster en 1532 tandis que les dernières annotations, également dans le volume I, décrivent l'exécution de John Fisher sur ordre d'Henri VIII en juin 1535. De plus, les 400 commentaires de fond de Luther, Melanchthon, Linck, et autres luthériens sont extraits d'oeuvres rédigées entre 1527 et 1536. Enfin, les publications citées de Brenz, Bugenhagen et Franck datent toutes aussi de ces mêmes années.

Page 599 du volume I. Dans la « Vie d'Augustin » par Possidonius, vis-à-vis le passage qui raconte la manière dont les Donatistes cherchèrent à faire tuer Augustin et promirent l'absolution à celui qui accomplirait cette tâche, l'annotateur compare l'évêque d'Hippone à Luther : "Au début, Augustin était un hérétique manichéiste avant de devenir chrétien. De même Luther devint moine de manière à mieux extirper le monachisme au travers de la parole de Dieu", et décrit l'autodafé des ouvrages de Luther qui eut lieu au début des années 1520 en Angleterre et en 1530 en Allemagne : « Lorsque la prédication de l'évangile commença à notre époque, là où les moines et les maîtres hérétiques brûlèrent les livres de Luther, ils donnèrent également grâce et indulgence aux gens qui regardaient ». ("Da zu unsern zeiten die predig des euangelions angieng, wo die monich und ketzer meister der Luthers buchen verbranten, gaben sie auch gnad und ablas den leuten die zusahen"). Et après une description de ces excès des « circumcelliones », il écrit : « En l'année 1532 – depuis et avant, beaucoup d'anabaptistes firent de même ». ("Anno Domini 1532- et deinceps et antea multi Anabaptistarum taliter fecerunt").

Préface d'Erasme, où il fait mention de John Fisher. L'annotateur ajoute à la mention du cardinal Fisher par Erasme, son ami, que Fisher a été exécuté entre-temps, le 22 juin 1535 (avec Thomas More), ce dont les théologiens de Wittenberg ne furent informés que tardivement, par la délégation anglaise envoyée par Henri VIII. L'annotateur écrit : «John, évêque de Rochester : il est décapité sur ordre d'Henri VIII, roi d'Angleterre pour crime – Parce qu'il [Henri] voulait que l'évangile du Christ l'extermine [Fisher] Anno Domini 1535 ». ("Iohannes Episcopus Rossensis – decapitatur a rege Anglia Henrico octavo ob scelus –Quod voluit euangelion Christi extirpat eum -Anno Domini 1535.")

Henri VIII s'était opposé à Luther dès les années 1520. Cependant, isolé face aux alliances mouvantes entre François Ier, Charles Quint et le Pape, il envoie à Wittenberg en 1532 une délégation anglaise composée de Robert Barnes, Edward Foxe, et Nicholas Heath afin de convaincre Luther qu'Henri VIII veut rallier la cause réformiste.

Le volume VIII : les commentaires sur les Psaumes – Luther, Melanchthon et Linck.

Les volumes VIII et IX rassemblent les annotations dogmatiques les plus riches sur l'influence qu'exerça saint Augustin sur la doctrine protestante.

Au bas des pages 128-139 et 331-338. L'annotateur a transcrit dans les marges vis à vis les commentaires de saint Augustin sur les psaumes de David (Enarrationes in Psalmos mysticos) les commentaires de Luther et Linck, accompagnés de deux développements de Melanchthon, sur les Psaumes 31 et 50.

Melanchthon, dans son Historia de Vita et Actis reverendis Viri D. Martini Lutheri nous apprend, à propos des premières années de formation de Luther, que celui-ci débuta son apprentissage en théologie par la lecture de l'œuvre de saint Augustin et qu'il utilisa pour son enseignement évangélique les commentaires des Psaumes et le De Spiritu et Littera ; et enfin qu'il approfondit régulièrement sa lecture des Omnia augustini Monumenta.

Les commentaires de saint Augustin (Enarrationes) offrent à Luther des arguments théologiques grâce auxquels il peut enrichir son enseignement paulinien puisque, critiquant la doctrine paulinienne de la « fin de la loi », ils résolvent l'opposition entre l'Ancien et le Nouveau Testament, c'est-à-dire l'opposition entre la doctrine de la « loi » et la doctrine de la « foi ».

Melanchthon scinde l'évolution de la théologie luthérienne en deux périodes : une première avant 1520, une seconde après 1530. Luther érigea tout d'abord sa doctrine d'après ses premières lectures des Psaumes entre 1515 et 1518, mais ce n'est qu'après 1530, à la date du travail de notre annotateur, lorsqu'il les réétudia à la lumière des Epitres de saint Paul, qu'il put clairement formuler sa propre théologie de la justification : Sola gratia, sola fide, sola scriptura.

Ces commentaires de Luther (issus de ses Summaria de 1533), ainsi que les deux traités de Melanchthon sur les Psaumes 31 et 50, ouvraient aux alentours des années 1530 de nouvelles perspectives théoriques et doctrinales pour la Réforme. La discussion de Melanchthon sur les penitentia dans son développement sur le Psaume 31 et la critique détaillée des Loci communes que l'on trouve dans son traité sur le Psaume 50 jouèrent un rôle crucial dans la controverse antinomiste et pour les négociations entre les réformés et la deuxième délégation anglaise envoyée par Henri VIII en 1535.

Volume IX : les annotations de l'Apocalypse et les deux témoins

Le volume IX contient, parmi les annotations déjà déchiffrées, trois textes d'intérêt majeur :

- Au bas des pages 446 à 473. Au sein des quelque 20 commentaires de Luther qui y figurent, on trouve une version manuscrite unique du plus important de ses travaux de la période, qui modifia de façon significative la Réforme : en dessous du commentaire augustinien de

l'expositio de l'Apocalypse de saint Jean, l'annotateur copie la « Vorrhede auff die Offenbarung S. Johannis » de Luther, dont la rédaction débuta en 1530. Il met en parallèle le commentaire de Luther sur le 22e chapitre des Révélations avec des passages des Homélies augustiniennes. L'annotation témoigne du fait que l'annotateur avait accès à des manuscrits non publiés de Luther : l'annotation reprend le texte paru dans l'originale de la bible luthérienne de 1534, mais contient des additions importantes inédites.

- Sur la page 467. Après « Zum anfang der endlichen Verstörung » ("A propos du début de la Destruction finale"), figure une date ajoutée à la main par l'annotateur : «anno domini 1528». L'évangéliste anabaptiste Hans Hut et l'astrologue Johannes Stoeffler prophétisèrent que la Parousia, la venue du Christ avant l'Apocalypse, surviendrait en 1528.

- Au bas de la page 458 figure une note originale exégétique sur les

« Deux témoins » (Rev. XI : 3-11). Ce commentaire explique pour la première fois une illustration très énigmatique des Deux Témoins contenue dans la Bible de Luther de1534 (voir ill. ci-dessous), dans laquelle Luther se fait représenter avec Melanchthon devant l'église de Wittenberg. L'interprétation que donne Luther des « Deux témoins de l'Apocalypse » fait jouer un rôle essentiel à saint Paul et à saint Jean, les deux témoins, dont Luther et Melanchthon portent les attributs dans leurs mains, les montrant à l'Antéchrist (le Pape). Cette lecture contredit le commentaire augustinien selon lequel les deux témoins symbolisent les deux testaments :

"Dise zwey zeugen sind Ioannis euangelion vnd Pauli epistle. Werden getödet, vnd ire corper ligen vnbegraden, das ist iren schrifften wirt der recht sin genomen, darumb werden sie nit begraben, denn der buchstab muste bleiben..."

(« Les deux témoins sont l'Evangile de saint Jean et les Epitres de Paul. Ils ont été tués, et leurs corps laissés à l'abandon sans être enterrés, ce qui signifie que leurs écrits ont été détournés de leur sens original. Ils ne sont pas enterrés car leurs écrits doivent survivre.... »)

Après 1530, Luther crut qu'il avait assisté aux « dernières tribulations » du monde et se vécut lui-même avec Melanchthon dans leur bataille contre le Pape comme des protagonistes de l'Apocalypse. A la même époque, Cranach, familier de l'Electeur comme de Luther, peignait souvent Luther et Melanchthon tenant l'un le petit rouleau de l'Apocalypse et l'autre le codex des Epitres de Paul.

Conclusion

Le premier possesseur de l'édition des oeuvres complètes de saint Augustin fut le chef du chapitre de la cathédrale de Bâle, Peter Rich.  Les volumes reliés furent achetés chez Froben par ou pour les dirigeants de la cathédrale, et Rich y adjoignit immédiatement une copie manuscrite inédite de la prophétie de la Sibylle d'Erythrée en grec annonçant la venue du Christ. Il explique qu'il la trouva en 1528, qu'il la fixe dans le volume de la Cité de Dieu (vol. V) car saint Augustin y commente cette prophétie au chapitre 23 du Livre 18 de la Cité, et signe : "O[rdinis] S[upremus] Rich". Il donne vis à vis le manuscrit en grec la traduction de la prophétie en latin. Lorsqu'en 1529 Peter Rich fuit la cathédrale de Bâle prise par les radicaux iconoclastes d'Oecolampade, il emporte avec lui les dix volumes, et s'installe à la suite d'Erasme à Fribourg.

Avant 1532, les volumes passent aux mains des modérés de Wittenberg, vraisemblablement par l'intermédiaire de leurs libraires, tels Georg Spalatin, et sont confiés à notre annotateur. A la fin du volume V, une petite correction en rouge sur la traduction en latin par Rich de la prophétie prouve la précédence de l'appartenance à Peter Rich.

Cet exemplaire des œuvres complètes de saint Augustin, confié à un érudit réformiste capable de le corriger et de l'annoter lui-même, le fut peut-être dans l'intention de publier une édition évangéliste de l'œuvre. L'annotateur corrige le texte de saint Augustin, précise les annotations d'Erasme, et enrichit la philosophie du Père de l'Eglise des thèses des différents membres de la faculté de théologie de Wittenberg. L'édition ne paraîtra jamais.

Ces dix extraordinaires volumes ont survécu, tel un miroir des questions fondamentales qui divisent le monde religieux et politique de Charles Quint, de François Ier et de Henri VIII dans les années 1530. Ils nous rapportent aussi l'essentiel des luttes intestines des réformés autour de la clé de voûte de la religion luthérienne, la foi selon saint Paul telle que disputée en ces années par Luther, d'une manière particulièrement radicale, afin d'affirmer son credo terrible face au Pape : la justification par la Grâce, la Grâce par la Foi seule, et la Loi par les Ecritures seules, ... sola gratia, sola fide, sola scriptura.

De plus amples détails sur ce livre sont disponibles (transcriptions et traductions des annotations, phototographies). N'hésitez pas à nous contacter.

creator

Augustin, saint

dimensions

édition princeps des oeuvres complètes. 10 volumes in-folio (360 x 248 mm). Très nombreuses annotations à l'encre rouge, en latin et en allemand. reliure de l'époque. Peau de truie estampée de multiples encadrements à motifs végétaux, dos à 5 nerfs orné de fers horizontaux à branchages, écoinçons et fermoirs de cuivre (en parfait état). Mouillure au vol. III affectant les 35 premières pages ; marginale au haut du vol. V affectant quelques lettres ; à l'extrême bord des derniers feuillets du vol. X.

literature

James Atkinson.  "Luther and the Wittenberg disputations 1535-36", Tyndale Bulletin 33, 1982, pp. 31-57 -- Arnoud Visser. "Reading Augustine through Erasmus' Eyes", ERSY (Erasmus of Rotterdam Society Yearbook Twenty-Eight, 2008), pp. 67–90. -- "A 'Lutheran' copy of St. Augustine", in Humanae Litterae, 8, Milano, 2003, pp. 69-116 -- Lutheran Quarterly Vol. XIV, n° 4 winter 2000, pp. 373-408 -- Les transcriptions, traductions et commentaires sur les annotations marginales en latin concernant les Psaumes 31 et 50 ont été donnés par  Karlfried Froehlich (Princeton Theological Seminary) et son épouse – Les traduction et interpretation du commentaire sur les Deux Témoins de l'Apocalypse trouvé dans le volume IX ont été réalisées en collaboration avec Rodney Peterson, directeur du Boston Theological Institute.

Le volume VIII a été entièrement numérisé par la Bibliothèque Herzog-August à Wolfenbüttel :

-http://diglib.hab.de/wdb.php?distype=comment&dir=drucke/ed000015

- Les Summaria de Luther (1533) - http://diglib.hab.de/drucke/g-306-8f-helmst-2s/start.htm

- Les Kurtz Summaria de Linck (1527) - http://diglib.hab.de/drucke

/c-353-8f-helmst-2s/start.htm

provenance

Peter Rich, chanoine de la cathédrale de Bâle (ex-libris autographe à la fin du volume V)--Annotateur anonyme, de l'entourage immédiat de Luther (annotations à l'encre rouge)--Josef Kratochvíl, philosophe catholique, professeur de Théologie à l'université de Prague, traducteur de saint Augustin (1882-1940, ex-libris gravé aux contreplats, parfois arraché)--les volumes furent apportés à Paris par ses descendants.


*Tenga en cuenta que el precio no se recalcula al valor actual, es el precio final real en el momento que fue vendido.

*Tenga en cuenta que el precio no se recalcula al valor actual, es el precio final real en el momento que fue vendido.


Anuncio
Anuncio

Vendidos

Dante (Alighieri),
Vendido

Dante (Alighieri),

Resultados de subastas
6,000,000 EUR

Buffon, (Georges Louis Marie) Leclerc de.
Vendido

Buffon, (Georges Louis Marie) Leclerc de.

Resultados de subastas
5,334,000 EUR

(Saint-Non, J.C.R.de.
Vendido

(Saint-Non, J.C.R.de.

Resultados de subastas
4,000,000 EUR

Livre d'Heures de Claude
Vendido

Livre d'Heures de Claude

Resultados de subastas
2,600,000 EUR

Buffon, (G.L.L.de).
Vendido

Buffon, (G.L.L.de).

Resultados de subastas
2,700,000 EUR

ENSEMBLE DE BOISERIES DE FUMOIR DITES 'LES PALMIERS', VERS 1930
Vendido
Vendido

Burgkmair, H.

Resultados de subastas
2,100,000 EUR

Vendido

Griesbach, Johann Jakob,

Resultados de subastas
2,000,000 EUR

Vendido

Confluent de la Seine et du Loing

Resultados de subastas
2,238,405 EUR

Vendido

Maupassant, G.de.

Resultados de subastas
1,900,000 EUR